Frase di: Jean Baptiste Le Rond d’Alembert – n° 3